Réaction de Jacqueline Here

ACH_7411 modif

« Dans votre article en date du 29 mars, vous avez interrogé quelques habitants du quartier de Bellevue dans le cadre de l’élection présidentielle.  

S’il ne m’appartient pas de commenter leurs points de vue, chacun étant libre de ses opinions, je souhaite cependant vous informer que certaines paroles ont choqué de nombreux habitants qui m’ont fait part de leur agacement de voir que le quartier de Bellevue est, une fois de plus, stigmatisé et montré du doigt comme une zone où il y a « trop de délinquance » et où on n’ose plus « sortir la nuit ».  

Ces propos sont bel et bien, dans le cadre de cette campagne, le relais des thèses sécuritaires du Front National .

Affirmer que « les politiques se foutent de nous » est proprement choquant pour les élus qui,  en concertation avec les habitants, s’investissent quotidiennement pour améliorer notre quartier.

Avec des résultats probants, j’en veux pour preuve les réaménagements de parcs et aires de jeux sur le quartier , sur le jardin Royan, le square Youri Gagarine, l’espace Madeleine Porquet, les aménagements de sécurité et la création d’une zone bleue de stationnement sur la place Napoléon III en collaboration étroite avec les commerçants, la réfection totale du parking Changarnier, l’agrandissement et le réaménagement de la résidence Kerlévennez, l’installation d’ascenseur pour la mise aux normes d’accessibilité dans les écoles Quizac, Dupouy, cet ensemble totalisant des investissements proche de plus de 18 millions d’euros !

Sans compter nombre de projets, qui vont émaner des concertations en cours avec les habitants, dans le cadre du renouvellement urbain.

Bellevue évolue, Bellevue s’améliore et cela est le fruit d’une volonté politique concertée et porteuse d’avenir.  

Ici, n’en déplaise à certains, on continue de bien vivre.

Non sans difficultés, non sans problèmes, mais avec fierté et dans un esprit de solidarité.« 

Jacqueline Héré,

Adjointe au maire en charge de Bellevue

Bellevue Politique se foutent de nous 290317

L’article en question, paru le 29/03/2007 dans le Ouest France

Jacqueline Here réponse 040417

Paru dans le Ouest-France le 04/04/2017